La génie de l'art préhistorique

Mark Schofield

Retour aux articles

Lorsque Pablo Picasso a visité les Grottes de Lascaux récemment découvertes en 1940, il en est sorti en concluant à propos de l'art moderne : 'nous n'avons rien inventé'"

Introduction

Il serait facile de supposer que l'art préhistorique, étant extrêmement vieux, est primitif. C'est loin d'être le cas. Bien qu'ils ne disposaient que des outils les plus simples, les artistes de l'époque ont inventé un vocabulaire riche d'expressions visuelles. Car beaucoup de ces grottes étaient inacessibles, les animaux devraient être peints de mémoire. Par conséquent les charactérisque les plus intrinsèques de chaque sujet devaient être parfaitement comprises.

Les qualités artistiques de l'art préhistorique sont le mieux décrites à l'aide d'exemples; voici mes préférés :

Cheval

Image 1: Cheval, Lascaux

Le cheval de l'image 1 est remarquable pour sa précision anatomique, particulièrement les boulets et les sabots. Ce qui est encore plus remarquable, cependant, c'est le fait que le cheval soit peint en plein mouvement alors qu'il galope. Le placement attentionné des quatre pattes fait apparaître le cheval naturel et gracieux; l'ensemble est un chef d'oeuvre d'observation.

Image 2: Epson Derby, Theodore Gericault

Cette peinture peut être comparée à une peinture de Epson Derby par Théodore Géricault (image 2). Les chevaux de Géricault sont également au galop, mais contrairement au cheval de l'image 1, ils semblent flotter dans l'air. Aucun de leurs sabots ne touche le sol. Lorsque Géricault a réalisé sa peinture la photographie cinématique n'avait pas encore été découverte. Ce n'est que plus tard qu'il sera démontré que lorsque les pattes d'un cheval sont déployées il y a toujours au moins un des sabots qui est en contact avec le sol.

Etudes de chevaux

Les études des têtes de chevaux dans l'image 3 sont remarquables pour les détails qu'elle contiennent. La crinière, les oreilles et l'attitude générale de la tête ont toutes été magnifiquement reproduites. L'application judicieuse de tons clairs et foncés a été utilisée pour décrire la silhouette de la tête, du cou et de la crinière.

Les images peintes dans cette grotte sont la représentation parfaite du cheval de Przewalskis que l'on peut voir dans l'image 4. Le cheval de Przewalskis est un cousin du cheval domestique, et probablement le plus proche parent des chevaux dépeint dans l'image 3.

Image 3: Chevaux, Chauvet
Image 4: Cheval de Przewalskis

Groupe de lions

Les têtes des lions dans l'image 5 sont remarquables pour les qualités techniques utilisées. Une attention toute particulière a été apportée aux tons clairs et foncés afin de créer des ombres et rendre les têtes trois dimensionnelles. Pour les têtes qui se trouvent sur le côté droit, des touches blanches ont été juxtaposées à des touches noires pour accentuer les formes des museaux et faire ressortir les joues.

Image 5: Lions, Chauvet

Aurochs

Les aurochs, ou taureaux, dans l'image 6 font partie d'un groupe de quatre dont l'un d'entre eux mesure 6 mètres. Les dimensions de ces taureaux montrent la confiance et l'ambition de l'artiste qui les a réalisés.

Au lieu de retranscrire simplement l'anatomie exacte, l'artiste a cherché à utiliser l'abstraction afin de faire ressortir les charactéristiques essentielles d'un taureau.

Pablo Picasso avait une préoccupation similaire lorsqu'il réalisa, dans les années 1940, une série de lithographies d'un taureau, dont une séléction est présentée dans l'image 7. Le but de Picasso était de réduire, à l'aide d'images successives, un taureau réaliste à un taureau élémentaire le plus abstrait possible qui ne conserverait que les aspects fondamentaux de l'animal. Pour savoir qui de Picasso ou des artistes des grottes de Lascaux est arrivé le plus proche de cet objectif, il y a matière à débat.

Image 6: Aurochs, Lascaux
Image 7: Lithographies d'un taureau, Pablo Picasso

Retour aux articles | Haut de page

Mark Schofield
mark.schofield.free.fr
Dernier mise à jour : 09 Fev 2011